Comment attirer ce qu’on veut dans la vie

En ce moment, je suis dans une période un peu down.

Je me sens fatiguée, une pointe de tristesse m’envahit, il fait gris dehors, il fait aussi un peu gris dans mon cœur.

Je cherche parfois à analyser le pourquoi.

Et je trouve parfois, souvent même, des explications.

Mais en réalité, le pourquoi ne me sert pas à grand chose.

Parce qu’une fois que je sais pourquoi je me sens fatiguée… Et alors? Qu’est-ce ça peut faire?

Je suis fatiguée parce que, par exemple, je suis dans une période basse de mon cycle. Et alors?

Je suis fatiguée parce que je suis tout le temps sollicitée par mes enfants.

Et alors?

Oui, le pourquoi peut parfois m’aider à apprendre mes leçons et à mieux m’organiser une prochaine fois, par exemple.
Ça peut m’aider à trouver des solutions pour changer la situation.

Mais le fait est que le moment le plus important est maintenant. Le moment présent.
Qu’est-ce que je fais pour aller mieux, maintenant?

L’important n’est pas vraiment de savoir « pourquoi », ça c’est le mental et l’ego qui nous font perdre du temps à analyser.

L’important est de savoir quoi faire alors, comment gérer ce qui arrive, maintenant.

En ce moment même, je suis dans cet état de fatigue, et j’essaie d’écrire, et mes enfants m’appellent toutes les 2 secondes…

Qu’est-ce que je fais alors pour me sentir bien, là maintenant, tout de suite?

Je respire, et j’observe mes émotions, ce qui remonte de mes entrailles dans cette situation. Je prends du recul.

Plus j’arrive à être une observatrice bienveillante et non jugeante de moi-même, plus j’arrive à avoir du recul, à me détacher de ce qui monte en moi comme sentiment négatif, et à me sentir mieux.

Je ne suis pas mes émotions, je ne suis pas submergée ou dirigée par elles, mais je les observe, je les accueille.

C’est tout un entraînement, une habitude à mettre en place. Et je suis en plein apprentissage. Je ne suis pas une sainte 

Selon la loi d’attraction, nous attirons à nous ce que nous vibrons, ce que nous pensons, ce que nous visualisons avec émotion.

Comment attirer de belles choses quand nous vibrons le négatif, quand nous broyons du noir, quand nous sommes dans la tristesse?

Fais de ton bonheur ta priorité, et le reste viendra.

J’ai lu ça il y a 2 jours dans un livre. C’est resté dans ma tête. Aujourd’hui, j’ai envie de le partager.

Etre dans le bonheur est la formule qui permet d’attirer à toi ce que tu désires.

Etre dans le bonheur, mais comment?

Voici ma vision.

Le bonheur est un état de fond, fait de joies, de tristesses, et de plein d’émotions et de sentiments qui vont et qui viennent, qui bougent, car ainsi est la vie.

C’est un sentiment de paix intérieure, qui est toujours là, malgré les difficultés auxquelles on peut faire face dans la vie.

C’est une joie profonde et intérieure, qui est toujours là.

Et on le sent dans son corps.

On se sent léger dans son corps, dans son cœur.

Pour faire de ton bonheur ta priorité, tu dois être attentive à ce que te dit ton corps.

Est-ce que tu sens une lourdeur, un blocage, pour une décision que tu as prise?

Ce n’est probablement pas la décision de ton cœur alors, ce n’est pas la décision de la joie, pas la décision du bonheur.

Quand tu écoutes et suis ta tête, les injonctions, les pressions, les « il faut », les « je dois », et que tu sens que ça te plombe, tu t’éloignes de la joie.

Faire de ton bonheur la priorité, c’est oser écouter ton cœur, et prendre les décisions qui font te sentir légère.

Tu sais, quand je suis devenue maman, j’ai essayé de faire comme tout le monde.

J’ai demandé une place en crèche. Et je l’ai obtenue.

Et tu sais quelle a été ma réaction quand j’ai eu la lettre d’admission? Je me suis sentie déprimée, j’ai pleuré. J’ai erré comme une folle, je me suis sentie perdue, j’ai appelé mes copines.

Elles m’ont réconfortée et m’ont raconté avec bienveillance qu’on passe toutes par là, qu’il est difficile d’envisager de confier son enfant, mais qu’on s’en sort, que ça allait bien se passer.

Elles étaient la voix de la raison.

La voix du « il faut », « on doit », « c’est comme ça ».

J’ai essayé de les écouter. J’ai aussi essayé de trouver un compromis, en cherchant à confier mon enfant à une assistante maternelle plutôt, chez qui je pensais que ce serait plus douillet que dans une collectivité.

Mais ça a été très très difficile pour moi. Mon corps et mon cœur refusaient

Alors j’ai finalement osé m’écouter, après avoir écouté tous les autres, toute la société!! Et je te promets que pas une personne ne m’encourageait à écouter mon cœur et à rester auprès de mon enfant, PAS UNE SEULE PERSONNE!!

Et quel soulagement!! Je me suis sentie légère, prête à m’envoler.

Et c’est ainsi que malgré les difficultés financières qu’une telle décision aurait pu apporter, la situation s’est naturellement et doucement tournée en notre faveur.

Mon entreprise qui avait refusé auparavant ma demande de rupture conventionnelle est venue me la proposer spontanément.

Et puis quelques années après, un logement plus grand et moins cher s’est présenté à nous, de manière fluide, facile, et rapide.

Aujourd’hui, je ressens de nouveau ce sentiment d’oppression.

Beaucoup de choses dans notre situation actuelle sont devenues inconfortables et sources de stress.

La légèreté dans mon cœur n’est pas toujours au rendez-vous.

Les choses ne sont pas faciles, alors je vais les rendre faciles.

Je me rappelle toujours d’une phrase de ma mère à propos de sa « méthode » d’éducation : « Je fais ce qui me rend la vie facile. »
Ainsi, elle est épanouie, dans la joie, et son enfant aussi.
Elle n’est pas dans la lutte.

Quand on est dans la lutte, on perd notre énergie.

Quand on est dans les « il faut » et les « on doit » contraires aux besoins et désirs de notre cœur, on perd beaucoup beaucoup d’énergie à essayer de faire bonne figure, à nous convaincre que notre situation n’est pas si horrible, à lutter contre la frustration.

Donc, nous donnons notre énergie à faire des choses qu’on n’aime pas.
Et à le faire mal forcément, puisque rien de beau, de bon, de grand n’est fait sans enthousiasme,

Mais en plus, nous perdons aussi de l’énergie à nous réconforter nous-mêmes, à nous convaincre que ça va, à essayer de nous accommoder de cette situation…

Or, quand on est dans la joie, quand on suit notre cœur, quand on fait ce qu’on aime, quand on est dans un environnement qu’on aime, on ne perd pas de l’énergie, au contraire!!
Ça décuple notre énergie.

Et alors, qu’est-ce qu’on ne peut pas accomplir dans ce cas? 

Qu’est-ce qu’on veut et qu’on ne peut pas attirer à nous? 

Tu es créative, inspirée, tu as de la bonne énergie.

Tu émets du positif, et tu as du positif en retour! 

Fais donc de ton bonheur ta priorité, et le reste viendra.

Le bonheur n’est pas la destination, c’est ton point de départ.

Maintenant. Tout de suite. Choisis la joie.

En plus, il ne s’agit pas uniquement de toi. Si tu le fais, ce sera une boule de neige qui en entraînera d’autres autour de toi. Et ainsi de suite… jusqu’à ce que le monde vibre la joie 

Qu’en penses-tu?

Avec amour.
Ony.

P.S. : Si cet article t’a plu, partage-le.

Et pour apprendre à mettre en place le bon état d’esprit par rapport à l’argent, qui te permettra d’attirer à toi l’abondance, je t’invite à t’inscrire au cours gratuit ci-dessous.

Comment attirer ce qu’on veut dans la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *