Lettre d’amour pour vous les femmes qui me lisez

Installez-vous confortablement avec une bonne tisane . Voici ma longue lettre pour vous raconter un peu ce qui se passe pour moi, pour nous, avec ce changement de nom.

Avant, ce site s’appelait « Maman et Argent ».

Et puis, j’ai changé.

Ce nouveau nom, c’est le dénominateur commun entre toutes les choses qui m’animent, qui frappent à la porte de mon cœur et qui veulent sortir, que me murmurent mon intuition, que j’ai besoin de partager, qui attendent de moi que je les partage…

Ce nom, il me définit.

Ce nom, c’est le mien.
TadAAAM !!

Ony Miarisoa

Ou plutôt, ce sont mes prénoms.

Que je n’ai pas choisis, mais que j’ai appris à aimer avec les années.

Et qui me correspondent bien finalement, je trouve 

En tout cas, j’aime bien comment ils sonnent. Je vous raconterai une prochaine fois ce qu’ils veulent dire. 

Vous savez, j’ai longtemps été dans mon côté p’tit gars, en look skater, plutôt en bermuda d’ailleurs.

Je me rappelle les longues conversations que j’avais avec mes cousines, moi défendant corps et âme qu’être un garçon c’est mieux que d’être une fille.

Oui, j’ai pensé ça… Il fut un temps. C’était il y a longtemps.

Aujourd’hui, je sais que j’ai fait le bon choix en naissant fille.

Désormais, j’aime être une femme, avec toutes mes facettes, avec une énergie féminine, mais aussi une énergie masculine.

Plus les années passent et plus je mesure la chance et la richesse d’être une femme. Parce que nous sommes justement plus libres de laisser s’exprimer ces deux côtés féminin et masculin en nous. Même si ce n’est pas facile (oooh noooon).

Plus les années passent, plus j’observe les femmes, et plus je les aime.

Plus je me sens proche d’elles.

Plus je me sens proche de vous.

Plus je trouve que nos combats sont les mêmes, pour la grande majorité d’entre nous.

Nous sommes épuisées,

nous sommes belles mais manquons de confiance et nous trouvons si éloignées des standards de beauté de la société,

nous vivons cette dualité mère-femme,
nous avons envie d’une vie professionnelle réussie et palpitante, d’une vie personnelle bien remplie et épanouissante,

nous aimerions arrêter de lutter,

nous aimerions plus de temps,

nous avons besoin d’aimer et de nous sentir aimées,

nous essayons de nous convaincre que nous aimons ce que nous vivons/faisons, et puis nous nous posons des questions, nous avons des doutes, « et si… », « et si… »,

nous cherchons la meilleure version de nous-mêmes,

nous sommes perfectionnistes,

et puis nous faisons des crises

Aaaah, les crises! Parlons-en.

On m’a fait à plusieurs reprises la remarque ces dernières années que j’ai changé.

Précisément depuis que je suis devenue maman.

Et je le reconnais!

La crise

Disons que la maternité a coïncidé pour moi avec la crise de la trentaine.

Une crise survient quand on s’éloigne trop de notre véritable nature, de notre véritable essence.

Comme un pommier qui serait né dans une famille, un quartier, une société, un monde de bananiers.

Et qui aurait été contraint de produire des bananes toute sa vie, en tout cas les premières années jusqu’à ce qu’une crise arrive : un choc, un drame, une maladie, un changement… qui l’aurait secoué et poussé à remettre en question son train-train automatique.

La maternité m’a secouée, de cette façon-là.

J’ai changé pour me rapprocher de ma véritable nature, pour être encore plus MOI.

En bien donc. Pour moi. Pour ma propre nature. Pour ma mission.

Mais pas forcément pour les autres, qui ont peut-être la nostalgie de la moi d’avant. Qui jugent que j’étais mieux avant. Qui jugent que j’ai perdu la tête 

Mais, que voulez-vous que je dise…

C’est bien de changer, c’est tout ce que je peux dire. 

C’est ok de s’être trompé tout ce temps (et dire que je suis un pommier et que j’ai produit des bananes toutes ces années!! lol, je suis forte quand même),

le plus important est de dire STOP et d’avancer vers ce qui est VRAI et BON pour toi.

Et puis même si on ne s’est pas vraiment trompé, on est des organismes vivants, comment ne pas changer? Un organisme vivant ne peut pas rester figé.

Certaines personnes m’ont l’air de lutter de toutes leurs forces pour rester la même personne au fil des années, et s’enorgueillissent de ne pas changer.

Mais, ce n’est pas une tare de changer !

Au contraire, c’est la preuve qu’il y a de la vie, du mouvement, de l’évolution.

Bim bam bouuum!

Je soupçonne en fait ces personnes de ne pas vraiment se connaître, de ne pas avoir de réelles racines solides, de se cacher derrière des façades, de se sentir quelque part perdues, de ne pas être assez matures… alors, elles s’accrochent au peu qu’elles savent d’elles-mêmes, à leurs façades.

Un arbre qui est bien ancré, enraciné, n’aurait pas peur et se laisserait secouer à gauche, à droite, au gré du vent, au gré de la vie. Il resterait tout de même enraciné.

Un autre arbre, fragile, pas assez enraciné, se cramponnerait et se figerait, pour ne pas risquer le déracinement, et la mort.

Et donc?

Tout ça pour te dire et t’encourager à faire ce chemin intérieur pour te connaître toi-même.

Et à faire de la place au changement quand il est nécessaire.

Tu as le droit de changer, de t’être trompée, de te tromper, de t’arrêter, de te relever et de faire autre chose, d’être quelqu’un d’autre, ou te voir autrement.

Tu as le droit de changer de vie, de changer de goûts, de changer de style, de changer de sensibilité…

Tu as le droit de te mettre en mouvement.

Parce que tu as la responsabilité d’être réellement toi et de faire ce pour quoi tu es venue ici.

Si tu sens que ça coince quelque part, ça grince, c’est que tu n’es pas encore à ta place, à ce moment précis.

Alors, Bouge!

Tu n’as pas à être parfaite.

Tu n’a pas à attendre le meilleur moment (il n’arrivera pas), ou les conditions parfaites (elles n’existent pas), pour bouger.

Tu crois que je suis parfaite? Ou que les conditions sont parfaites pour moi? Ou que ma vie est parfaite?

Ooooh noooon (comme dans la chanson « Chocolat » de Thomas Fersen qu’on chante avec les enfants à notre chorale )

Non, ma vie n’est pas parfaite et je ne suis pas parfaite. Et ma vie n’est pas facile.

Je suis avec mes enfants toute la journée en semaine, et quand ils sont couchés le soir, je travaille, jusqu’à taaaard dans la nuit.

C’est un rythme assez épuisant, tu t’en doutes.

Et tu crois que j’attends de trouver ce que je fais parfait avant de vous le proposer?

Oooh noooon !

Je fais de mon mieux. Fait est mieux que parfait.

Et mon mieux est très bien. 
Et il s’améliore puisque je fais donc j’apprends.

bien

Alors, si moi dans ces conditions, où même quand je suis aux toilettes j’ai de petites personnes adorables et insistantes qui s’y bousculent pour me proposer du papier, tiens maman en veux-tu en voilà hahaha, j’arrive à faire des choses, à créer un site (bon ok j’ai mis 10 ans ), à vous écrire tous les jours, à vous proposer des ateliers et des formations qui vous apportent de la valeur et qui changent vos vies,

qui d’autre ne pourrait pas faire ce qu’elle a vraiment envie de faire?

Quelle est ton excuse, dis-moi ?

Alleeeeeeez,

s’il y a ici des femmes qui pensent qu’elles ne méritent pas de vivre la vie qu’elles veulent vraiment,
qui pensent qu’elles n’ont pas assez de valeur,
qu’elles n’ont rien à proposer,
qu’elles ne méritent pas d’être riches,
qu’elles ne vont jamais y arriver…

ça va changer!!

Ici, je vais vous parler d’état d’esprit, de mindset.

Car c’est fondamental. Vous êtes ce que vous pensez, et vous attirez ce que vous vibrez, ce que vous pensez.

Et cet état d’esprit, ça se travaille.

TOUS LES JOURS.

Je vais vous parler d’argent. Car l’indépendance financière des femmes m’importe.

Parce qu’on n’en parle pas assez, de l’argent.

Et l’argent est un excellent outil de développement personnel.

Il te pousse à chercher qui tu es vraiment, ce que tu veux vraiment, pour ta vie, et accomplir et laisser dans ce monde.

C’est un sujet difficile, et rien que d’en faire « mon » sujet me vaudra peut-être d’être jugée comme obsédée (alors qu’une nana qui va dédier son site aux fleurs par exemple ne sera pas jugée ‘obsédée par les fleurs’). Mais ça ne se fait pas de parler d’argent n’est-ce pas?

Pourtant, c’est un sujet important.

Parce qu’on fait toutes et tous ce qu’on fait pour l’argent, pas uniquement, mais AUSSI pour l’argent, quand on a la chance de faire ce qu’on fait pour la passion et l’argent par exemple.

L’argent nous importe toujours, d’une manière ou d’une autre, même quand on dit « oh mais moi je ne fais pas ce que je fais pour l’argent ».

Mais on hait l’argent, on a peur de l’argent, on ne sait pas l’utiliser comme un outil, on lui donne beaucoup de pouvoir (il aurait le pouvoir de détruire des relations, de rendre mauvais)…

Comment pouvons-nous vivre sereinement si nous détestons et méconnaissons cet outil qui nous permet de nous nourrir, de nous vêtir, d’avoir un toit, de réaliser des projets, d’aider les autres…?

Il y a 5 ans je parlais de ne pas envoyer mes enfants à l’école; j’étais perçue comme bizarre.
TOC TOC !!

bizarre

Aujourd’hui, ça va mieux, on me regarde moins bizarrement.

Alors aujourd’hui, je choisis de parler d’argent, pour transmettre tout ce que j’aurais voulu recevoir comme éducation financière et comme mindset à propos de l’argent.

D’ici 5 ans, le sujet sera espérons-le moins tabou et nos rapports à l’argent meilleurs. Alors, j’aurais participé à ce changement! yeaaah!

Mais attention, je ne suis pas comptable, et je ne vous apprendrai pas à faire vos comptes ou vos budgets. Mais mon amie Marina Rosnarho est parfaite pour ça.

Si vous voulez apprendre à mieux gérer vos comptes, je vous invite à vous inscrire à son super atelier 21 jours pour des finances zen.

Sinon, ici je vais aussi vous parler d’amour.

L’amour, pour vous-mêmes avant tout.

Car de tout mon parcours, de tous mes apprentissages, j’ai bien retenu et compris que l’amour qu’on s’accorde à soi-même est la base de ce qu’on s’autorise à recevoir dans sa vie.

Si vous ne vous aimez pas assez, vous n’allez vous autoriser à recevoir que peu. Dans tous les domaines : argent, relations, santé…

Ici, je vais aussi vous parler d’audace, de folie, parce que je suis un peu comme ça.

De ma vie de maman aussi, certainement, d’accompagnement alternatif des enfants, de développement personnel.

Bienvenue chez moi.
Félicitations et merci d’avoir lu jusqu’ici!! 

Je suis vraiment très heureuse de vous accueillir, toutes.

Et pour commencer, je vous offre ce cours gratuit pour travailler votre relation à l’argent.
Inscrivez-vous ici : http://onymiarisoa.com/coursargent/

Je vous aime.
Ony.

Femmes, je vous aime !

2 avis sur « Femmes, je vous aime ! »

  • 30 octobre 2017 à 0 h 43 min
    Permalien

    Bravo Ony !!!

    J’adore la photo du bonhomme bleu tout bizarre !!

    Longue vie à ton site !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *